Un psy ? Moi ? Les 4 questions à se poser

Dernière mise à jour : 15 févr.

Prendre un nouveau départ, nettoyer quelques passages de vie difficiles, comprendre et se comprendre, sont quelques-unes des raisons pour lesquelles consulter un psy. Mais vous n’êtes pas encore prêt(e) à franchir le pas, voici les 4 questions que vous êtes peut-être en train de vous poser.



Un psy, oui, mais pourquoi ?

Des peurs, des doutes, des situations difficiles, une incompréhension, un blocage, une phobie, mais aussi un désir de mieux se connaître, comprendre ses mécanismes de fonctionnement, bref, s’intéresser à soi et à tout de soi. Ça fait un peu auto-centré dit comme ça, mais bon, s’intéresser à soi-même, c’est aussi ça le bien-être, non ?

Pourquoi aller voir un psy ?

Un psy peut vous aider à trouver des réponses

De la même façon, comme nous l’avons évoqué sur ce blog, à travers les maladies le corps exprime une souffrance plus profonde (le mal a dit), et met le doigt sur un aspect psychologique du malade. Décoder ce message peut se faire avec un psy.

Analyser l’intérieur de son cerveau (glamour, oui) : c’est à la fois passer pour un auto-centré, et prendre soin de soi.



Un psy, pourquoi ça fait peur ?

Un psy, pourquoi ça peut faire peur ?

Peur du psy moi ?

La démarche d’aller voir un psy entre dans un processus que certains refusent, d’autres préfèrent continuer de jouer les équilibristes en se disant qu’ils y sont arrivés « seuls dans la vie », sans l’aide de personne, d’autres encore pensent que c’est pour les fous, ou les gens qui sont à deux doigts de sauter de l’avion avec pour seul parachute une taie d’oreiller. Cette démarche peut paraître effrayante : peur de déballer sa vie, son intime, de remuer la boue, de se sentir moins bien, de faire confiance à un inconnu (assis sur une chaise). Mais ceux qui sont prêts franchiront l’étape ultime et la plus importante : celle de prendre rendez-vous avec un psy. Encore faut-il savoir vers quel psy se tourner ?

Un psy, oui, mais lequel ?

Psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute, coach, conseiller en développement personnel… Autant de noms que d’individus et de parcours d’apprentissage et de méthodes utilisées. Autant vous dire qu’il n’est pas facile d’y voir clair … Si l’on s’en tient à des considérations pragmatiques (nous ne sommes pas des pros), peu importe l’école, le mouvement (lacaniste, freudien), tout est question de feeling. Voici en très gros ce que vous pouvez savoir des psys :

Les différents types de "psys"

N’hésitez pas à bien vous renseigner avant toute démarche

Les psychiatres sont des médecins. Les psychologues ont un diplôme d’Etat (Master), pour les psychothérapeutes, la loi réglemente l’usage du titre de psychothérapeute et impose l’inscription des professionnels au registre national des psychothérapeute. Enfin, le titre de psychanalyste n’est pas réglementé par l’État. Dans tous les cas, renseignez-vous avant toute démarche.

Vous avez donc décidé de vous lancer dans le bain de la psy. Reste à trouver votre perle rare, cette oreille attentive à qui vous allez vous confier. Mais comment LE/ LA trouver ? Au mieux, vous allez demander conseil autour de vous. Une requête difficile à placer entre le fromage et le dessert lors d’un dîner chez des amis « sinon, tu me conseillerais quel psy toi ? » Même si l’exercice est passé dans les mœurs, ce n’est jamais évident de poser ce genre de question. De même, chacun a droit de ne pas exprimer (tout comme d’exprimer) haut et fort qu’il consulte ou a envie de consulter un psy.



Comment choisir son psy

Donc, au hasard (Balthazar), vous allez prendre l’annuaire, choisir une combinaison « nom prénom » qui vous parle, ou chercher sur Google (qui est ton ami), ou essayer d’analyser les notations des autres patients sur le même Google (qui est vraiment ton ami). Un psy qui convient à la voisine ne vous conviendra pas forcément. Tout est question de ressenti, d’être à l’aise, de se sentir écouté. Donc, à part vous conseiller de prendre rendez-vous et de faire comme Saint Thomas (crois ce que tu vois), pas de solution de génie. Une fois le rendez-vous pris et si c’est une première, à quoi pouvez-vous vous attendre lors de la première séance chez un psy ?



Un psy, oui, mais comment ça se passe ?

En stress, les mains moites, vous êtes dans la salle d’attente. En vain vous essayez de tendre l’oreille pour entendre comment ça se passe dans le cabinet. Un peu comme pour un premier rencard. Puis, vient votre tour alors que vous n’avez même pas encore terminé votre pitch ! Mais qu’est ce que je vais pouvoir lui raconter !? No stress … ça va aller ! Assis, couché, debout (un peu moins) : c’est le psy qui choisira. Le plus souvent, il s’agit d’un échange entre deux personnes autour d’un bureau, chacun sur sa chaise. Certains psys mettent tout un cérémonial autour de la position pendant la séance, genre « je vous sens prêt à vous allonger » heu ? Tu sens que je suis fatigué, c’est ça ? Cela suit leur « mouvement » de pensée. Libre à vous de ne pas vous sentir à l’aise dans le style imposé et de l’exprimer. Puis, il va falloir vous présenter. Faites-vous confiance, c’est typiquement le genre d’endroit où les questions posées n’attendent pas de « bonne » ou de « mauvaise » réponse. Ce n’est pas un entretien d’embauche ! Même si vous entamez la discussion en évoquant de votre dernier raté, et même si ce dernier raté est un banal plat de lasagnes, ce n’est pas grave. Laissez-vous aller. Faites-vous confiance et faites confiance au professionnel en face de vous. Si vous passez une heure sur les fameuses lasagnes ratées et que vous ressortez en vous disant « je n’en ai rien retiré de cette expérience et ce psy ne m’a pas vraiment écouté ! » : ne reprenez pas rendez-vous. Ou alors ailleurs. Si vous ne vous êtes pas senti à votre place : next. Tout est question de feeling.

Comment se passe une consultation chez un psy

Une petite sieste ?

Après la consultation chez le psy

Une séance de psy n’est pas toujours agréable : vous allez peut-être verser des larmes, alors qu’en rentrant vous écoutiez Rires et Chansons à fond et rigoliez tout aussi fort. Vous remarquerez que dans un cabinet, les psys sont tous équipés de boîtes à mouchoirs version XL, qui peuvent donc aisément se vider en moins d’une heure … test réalisé en grandeur nature! Mais les émotions se nettoient, une expérience reste une expérience (merci, bonsoir) : on a toujours quelque chose à comprendre. Soit que ce n’est pas fait pour vous. Soit qu’il y a du boulot, soit que c’était sympa, mais suffisant.



Alors, c’était comment ?

Certains sortiront légers, soucieux, libérés, avec l’envie d’approfondir encore le sujet. Parfois, c’est le psy qui n’est pas à la hauteur de nos attentes. Que dire de celui qui vous interrompt en pleine séance (alors que vous étiez justement en train de lui détailler la recette des lasagnes ratées) pour répondre à un « appel urgent », sic, à savoir la tronçonneuse du voisin qui est tombée en panne. C’est ballot. Pour les lasagnes surtout. Ou encore celle qui fait consciencieusement sa manucure pendant que vous lui racontez vos galères de vie. Bon, on passe sur le psy qui repose quatre fois la même question en quinze minutes parce que, tout bonnement, il ne vous écoute pas. Ou celui qui ne vous sort pas un mot de toute la séance. Une heure de long silence … Ne soyez pas surpris, attristé ou dépité. Si vous souhaitez continuer l’aventure intérieure, persistez et vous trouverez vous aussi votre super psy, bienveillant et efficace.

Tentez l'aventure intérieure avec un psy

Va falloir démêler tout ça !

En résumé, il n’y a pas de bon ou de mauvais psy, il y a vous et votre ressenti. La progression c’est de s’interroger sur qui vous êtes. C’est d’affronter de façon différente la vie, en prenant soin de vous, en arrivant pourquoi pas à changer quelques petites choses, un pas de plus vers votre mieux-être !

2 vues0 commentaire